EST-CE-QUE LES SENTIMENTS DES ENFANTS SONT IMPORTANTS?

 

Pour toutes personnes adultes, se trouvants dans des positions qui leur donnent les possibilités de décider des sorts des enfants, pour leur demander où est leur responsabilité:
D’après les donées basées sur celles des autorités policières et douanières de Bosnie  et Hercegovine, Milena avait 9 ans et demi, Nevena n’avait meme pas 8 ans, lorsque, le 29 mars 2013, elles ont été emmenées contre leur volonté et Bosnie et Hercegovine, vers la France, comme il a été certifié. Vous adultes, vous experts, hommes politiques, hauts fonctionnaires, ministres, assistants socials et autres inclus, essayez, ne juste qu’une seule minute, d’entrer dans la peau de ces petites filles… Comment se sentaient-elles alors?

Essayez de vous imaginer de nouveau petits enfants et d’etre forcés, d’un seul coup, de quitter l’entourage que vous connaissez, de tous vos amis et cousins, de votre propre mère, dans un pays étranger, où vous ne connaissez personne, où vous ne parlez meme pas la langue. Imaginez-vous petit enfants et que vous savez que jamais plus vous n’allez vous serrer dans les bras de votre propre mère… ni quand vous serrez heureux, ni quand vous serrez malheureux, ou sans aucune raison, emmenés loin des bras de votre mère qui vous enlaçait, vous caressait les cheveux, de sa voix, de son sourire, de son parfum…. Nous vous demandons, pourriez-vous, qu’une seule séconde, immaginer ce sentiment?

Avez-vous une mère, l’aimez-vous encore aujourd’hui, combien vous manque-t elle aujourd’hui si elle n’y est plus parmi vous. Alors, au moment de prendre toute décision ou de penser, essayez d’imaginer qu’une personne voue emmène loin de votre mère et essayez de resentir comment se sentaient ces deux fillettes, sans etre coupables pour rien du tout.

Il se peut que vous ne vous sentiez pas bien d’etre appellés, vous tous, toutes les personnes responsables de Bosnie et Hercegovine et de France, de n’avoir rien fait pour que Milena et Nevena aient une chance de parler, ne qu’au téléphone, avec leur mère, celle qui les a faites naitre, les allétait, leur changeait les couches, les embrassait et enlaçait, celle QU’ELLES AIMENT ! Oh, oui, la verité est douleureuse, mais cette triste histoire les fait souffrir le plus, elles sont les plus grandes victimes, elles en souffrent chaque jour. Nous ne vous posons pas la question ni sur leur père, ni sur leur mère, nous ne vous demandons – qu’avez-vous fait pour Nevena et Milena? Existe-t il  une loi pour stipuller ces situations? Existent-ils des délais précis pour résoudre les procédures quand un parent NE PERMET PAS AUX ENFANTS DE CONTACTER L’AUTRE PARENT?

Nous vous demandons encore :
– Comment est-il possible que le parent qui empeche aux enfants tout contact avec leur autre parent, meme ayant la décision lui imposant celà, puisse réster librement dans un pays étranger?
– Comment est-il possible  quel le père ait le droit de respecter la décision concernant la tutelle et, en meme temps, de violer la décision stipulant les modes de contact des enfants avec l’autre parent?
– Est-ce-que en Bosnie et Hercegovine,  de meme en France,  le respect des lois et décisions sont arbitraires, au gré de n’importe qui et sans conséquences?
– Est-ce-que en Bosnie et Hercegovine un procès ait été entammé pour révisier la sentance par laquelle la tutelle eut été accordée au père, meme après qu’il ait REPETE l’acte criminel d’empechement de contact des enfants avec l’autre parent?

Le parent qui a la tutelle, dans le cas précis – le père – a-t-il le droit d’emmener les enfants et d’interdire tout contact des enfants avec l’autre parent, ou un des memebres de la famille, sans aucune sanction ? A quoi bon, dans la “CONVENTION SUR LES RELATIONS PERSONNELLES CONCERNANT LES ENFANTS“, le document de l’Union Européenne, dont les signataires sont la Bosnie et Hercegovine, la France de meme, qui stipule:

Article 4 – Relations personnelles entre un enfant et ses parents
1. Un enfant et ses parents ont le droit d’obtenir et d’entretenir des relations personnelles régulières.
Article 6 – Le droit de l’enfant à être informé, consulté et à exprimer son opinion
1. Un enfant considéré selon le droit interne comme ayant un discernement suffisant a le droit, à moins que ce ne soit manifestement contraire à son intérêt supérieur :
– de recevoir toute information pertinente;
– d’être consulté;
– d’exprimer son opinion.
2. Il doit être dûment tenu compte de cette opinion ainsi que des souhaits et des sentiments constatés chez l’enfant.

Pourquoi ne respecte-t-on pas les conventions adoptées et pourquoi les droits des enfants COMPTENT MOINS QUE CEUX DES ADULTES???

Pourquoi il n’existe une seule loi, stipulant dans une procédure TRES URGENTE, la verification de l’état physique et psychique des enfants et d’en informer le parent privé de contact des enfants, de meme pourquoi il n’existe une procédure URGENTE de renouvellement du contact des enfants avec les parents avec lequel ils ne vivent pas, avant d’entammer toute autre procedure?

Est-ce-que vous comprenez, ils’agit des enfants de bas age, il est question de leurs besoins et de leurs sentiments, de leur développement approprié, elles ne sont ni des objets ni les documents et papiers, elles sont des etres humains! Elles ont besoin de leurs parents, elles ont besoin de leur mère, pourquoi les laissez-vous subir celà sans aucun contact avec la mère, voila 15 mois déja?

POURQUOI VOUS PERMETTEZ-VOUS QUE NEVENA ET MILENA SOUFFRENT??????

Oglasi