LES DETAILS DE L’AUDIENCE TENUE LE 23 JUIN 2015 DEVANS LE TRIBUNAL D’AFFAIRES FAMILIALES A TARBES

 

Après 27 mois déjà passés que la mère Sanja Sukara et ses filles Milena et Nevena restent sans aucun contact, à cause de l’interdiction du père, l’audience devant le Tribunal d’Affaires familiales (TAF) a été tenue le 23 juin 2015. Le TAF devrait délibérer vers le 20 juillet 2015. La mère a, encore une fois, du faire le trajet de 4000 kilometres, en ésperant qu’il lui serait finallement permis de voir ses enfants. Mais, malheureusement, cela reste sans aucun resultat.

Voici les propos de la mère, Sanja:

„ L’audience a été tenue hier, le 23 juin 2015, devant je TAF à Tarbes. Le sujet principal – réglement de mode de contacts entre moi, comme mère et Milena et Nevena. J’essairais de vous le décrire, par mes propres mots, mais certaines définitions juridiques ne pourraient pas etre évitées.

Madame le Juge a ouvert l’audience et, tout d’abord, a proposé de nous mettre d’accord dans le meilleur intéret des enfants. J’ai accepté chaque accord et diallogue, mais l’autre partie a rejetté tout accord.

Mes demandes sont restées comme avant, je voeux le renouvellement de mes contacts et de mes enfants, comme l’est déjà précisé par le Jugement du Tribunal de Bosnue et la Décision du Centre social compétent. Cette demande a été renouvelée à plusieures reprises. L’autre partie (le père des enfants- par l’intermédiaire de l’avocat) n’est pas d’accord, nie l’existence de la Décision sur le mode de contact avec les enfants, prétend avoir la tutelle exclusive des enfants, nie tout Jugement et Décisions préalables.

Après que j’ais presentée toutes les preuves, celles de Jugements et Décisions des autoritées competentes de Bosnie, l’autre partie – l’avocat, a exprimé des paroles suivantes- je ne pourrais vois les enfants UNIQUEMENT dans un lieu sécurisé, sous supervision, car, à ses propres dires, il y a une grande possibilitée que je kidnappe les enfants et que leur père ne les voit plus jamais; l’Espagne est tout près, l’Allemagne et l’Italie sont plus loin, mais il y a pas de frontières entre ces pays. Ensuite l’autre partie a soulige que:“ Si l’on écrit sur l’Internet le nom de Madame Sanja Sukara, il vous sera, en premier lieu, présenté qu’elle recherche les enfants, mais l’on sait depuis longtemps où sont les enfants. Elle a meme publié les photos du père avec les enfants (celle où le père est complettement nu avec Milena) et toute autres photos des filles; l’audience passée est de meme presentée; Madame Sukara participe à des émission de télévision, en pleurant et disant qu’elle ne sait pas où se trouvent les enfants, mais on sait depuis longtemps que les enfants sont à Tarbès, et leur adresse aussi.“

Ma réponse à ces propos a été celle: que je vais continuer de publier tout, car on doit savoir et voir que, voilà 27 mois, que ne n’ai ni vu ni entendu les enfants et que je n’ai rien à cacher; comme preuve j’ai présenté la lettre du Ministère de la Justice française, indiquant que l’adresse du père a été transmise au Ministère de la Justice de Bosnie et Hercegovine vers la fin du mois de juillet 2014 et, quelques semaines plus tard, à moi personnellement. De meme, jusqu’à present, je n’ai ni vu ni entendu les enfants.

A un certain moment, Monsieur Ilić s’est adressé à moi (puisque on était assis l’un à coté de l’autre) et m’a dit:“ Madame, vous avez délaissée les enfants..“, mais le Juge l’a interrompu.
Dans l’ensemble, toutes les paroles du père et de son avocat n’étaient pas celles concernant les enfants, comme l’était avant, le sujet principal était le père des enfants – lui, lui, encore lui; qui prétend que les enfants ont entendu un certain ami de moi l’avoir menacé; qu’il a fuit de Bosnie car il craignait pour sa propre vie; qu’il reçoit mes menaces; il ne veut pas que j’ais le No. de son portable parceque je l’appelerais 300 fois par jour; mes amis le menaçent; qu’il doit avoir une protection…“ Il a aussi parlé des pensions alimentaires, que je ne paie pas, mais a dit:“ Si vous regardez, Madame mène un grand train dans sa vie.“

Le fait qu’il ait INSTRUIT LES ENFANTS A MENTIR, pour éviter les sanctions, je ne peux pas le croire. Je ne peux pas croire qu’il mèle les enfants dans ses calomnies et mensonges. Je ne sais pas qui lui avait preté son aide, je ne sais pas ce qu’il avait fait en Bosnie, je ne sais qui l’avait menaçé et pousuivi. Ce n’est pas moi, ni personne de mes amis. Mais, voici, publiquement, je dis que je le poursuivrais en justice, jusqu’à la fin, pour savoir qui et pourquoi l’avait menaçé; ce n’est pas à cause de lui, mais du fait qu’il en a mélé ses propres enfants. Je jure sur ma propre vie que j’insisterais que tout soit mis à l’évidence, juridiquement, devant la justice.

Que dire, il devient difficile d’écouter les propos paranoiques et présomptieuux de celui qui, après 6 ans du divorce, déclare son voeux etre le point principal dans mon monde à moi; celui qui a été rayé de ma vie du moment où j’ai présenté ma demande de divorce. De meme, cela devient lourd d’écouter les paroles sur les pensions alimentaires, vu le fait qu’il m’avait laissée sans travail et que, si la Bosnie et Hercegovine était un état avec le système juridique, il serait depuis longtemps jugé pour cette tyrannie sur moi (non pas uniquement celle-ci, mais encore pour d’autres actes tyranniques).

Je trouve désastreux que dans les déclarations de l’avocat et du père il n’y a pas de signes d’humanité envers les enfants, il n’y a pas de compréhension, vu le fait qu’ils m’ont reffusé la permission de voir les enfants, en présence du père, durant mon sejour à Tarbes. Madame le Juge m’avait posé la question quand est-ce-que je pourrais venir voir les enfants et j’ai répondu que je peux m’organiser tous les 4 mois, et que, pour les enfants, je suis prète à déménager en France si je trouve du travail.

Les enfants ont été entendues par le TAF le 29 mai 2015 et ont exprimés l’avis positif. Voilà comment est pris en compte l’avis et le désir des enfants, on peut le voir dans tout cela qui a été écrit. Ce dont je crains le plus est les repressuion exercées par le père sur les enfants – à cause de leurs déclarations. J’ai exprimé ces craintes.

La sentence devrait etre prononcée le 20 juillet 2015. J’éspère que le TAF va délibérer dans le meuilleur intéret des anfants.

Si vous me demandez comment vais-je?

Comme je le dois. J’essaie de ne pas penser à la proximité entre moi et les filles qui existe en ce moment meme et au fait qu’à cause des actes irresponsables du panent qui a la tutelle, on ne sait pour combien de fois, nous ne pouvons pas nous voir. Mais, lève-toi Sanja, après le knock-down, essuie-toi avec la serviette, prends un gorgée d’eau, prend un grand souffle et continue.

Merci à vous tous pour votre support.“

Facebook: Traže se djevojčice Nevena i Milena Ilić – Sukara
Twitter: NevenaiMilena
Google+: Nevena Milena

 

Oglasi